Un homme qui me plaît, 1969

Claude Lelouch

Avant de chasser la «Peur sur la ville» ou de toucher le grisbi du «Casse», Bébel se permet un dernier film de hippie. Godard et Léon Morin sont déjà loin mais l’acteur Belmondo n’est pas encore réductible à sa stature de professionnel.

Lelouch propose une virée avec l’amie Girardot aux USA? Va pour un parcours touristique en mode divertimento, avec Francis Lai en délicieux accompagnateur musical. Et ça marche : Belmondo chez Lelouch c’est une évidence, le charme canaille du premier se fondant parfaitement dans le freestyle du second.

En sourdine, la star poursuit son exploration de la masculinité défaite. Rarement, le charmeur aura tant paru à bout de souffle. Homme enfant, il assure en aventurier de parc d’attraction ou en Don Juan de casino, mais il fuit la passion dès qu’elle se présente.

Certes, il serait trop simple que l’amour soit simple.

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 16 octobre 2011.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s