4 mouches de velours gris, 1973

Quatre mosche di velluto grigio

Dario Argento

Dario Argento termine sa trilogie animale par un giallo de grande classe : draps rouges, bruits de pas dans la nuit, ballets sanglants porté au sublime par la musique de Morricone…

Il propose également un postulat délirant qui sous-tendra son cinéma dans les années à venir. Un procédé scientifique permet de visualiser la dernière image captée par les rétines d’un mort.

Mais cette image ne pourra mener que sur une fausse piste. Pour Dario Argento, l’image  vérité sera toujours un angle mort.

voir aussi

L’oiseau au plumage de cristal

Le chat à 9 queues

Suspiria

Phenomena

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 16 septembre 2011.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s