La garçonnière, 1960

The Apartment

Billy Wilder

C’est une histoire de garçon gentil!

Comme Billy Wilder porte l’histoire de la vieille mittel Europa dans son regard, chez lui, une histoire de gentil garçon est forcément un peu méchante.

Comme Billy Wilder connaît bien la psychanalyse, son gentil garçon est surtout un homme qui n’en est pas un, donc un type qui ne baise pas.

Comme Billy Wilder est un maître du cinéma hollywoodien, il caste un idéal Jack Lemmon pour le rôle et fait passer dans son regard toute la lucidité mélancolique de celui qui se sait gentil et se préfère comme cela, tout en sachant qu’il ne gagnera jamais.

Comme Billy Wilder vit la confrontation permanente de l’Europe détruite et de l’Amérique triomphante, de l’image et la mise en scène, du commerce et de l’art, de la culture et du divertissement… sa caméra se fait fraternelle pour ce personnage de déjà vieux garçon sans séduction.

Et la garçonnière de rester une salle de jeu pour messieurs sympathiques et intelligents qui se savaient de toute façon peu adapté à un monde sans place pour les gentils garçons.

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 9 septembre 2011.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s