The punisher : zone de guerre, 2008

The punisher : war zone

Lexi Alexander

Le punisher n’est pas le héros de comic book le mieux servi par le cinéma. Peut-être parce que ce n’est pas le personnage le plus fascinant de l’écurie Marvel, plus sûrement parce que le cinéma s’en était déjà bien inspiré. Le passage de la Bd à l’écran s’est faite par maints travestissements, une prothèse (William Devane dans « Rolling thunder »), le crâne rasé (Kevin Bacon dans « Death sentence ») et bien sûr une moustache (Paul Kersey/Charles Bronson dans « Death wish »).

Après 2 adaptations fort bis, personne n’attendait le retour du justicier ultime, et certainement pas le grand public qui sanctionna ses aventures en zone de guerre d’un bide aussi sanglant que ses exploits.

Une réalisatrice allemande inconnue, un budget estimé à l’économie, un casting télévisuel… l’aventure ne payait pas de mine.

Une intuition aurait tout de même pu nous laisser imaginer que le retour de Franck Castle et ses gros flingues ne manquerait pas de panache : aujourd’hui, c’est bien à la télévision que se trouve la série B, la vraie et les acteurs, les bons.

Lexi Alexander a l’idée maligne de ne pas refaire les présentations mais de plonger le chevalier noir dans une mise en abîme (il sera la cause d’un destin identique au sien) sans insister. Parallèlement, elle assure, en mêlant plan iconiques et montage sec. La cinéaste a compris que le comic au cinéma est affaire d’entrée et de sortie de champs. Elle utilise pour cela une palette de couleurs vives qui trouent le noir ambiant, comme son héros noir apparaît derrière les gerbes rouges qu’il fait jaillir des têtes de seconds rôles pittoresques.

Par ailleurs, Dominic West et Ray Stevenson (le McNulty de « The wire » et le Titus Pulo de « Rome ») apportent une densité inédite dans ce type de métrage. Le premier se sort avec les honneurs d’un rôle ingrat de méchant de carnaval. Le second, tout en regards cendreux, crée une passerelle inattendue entre les gros durs du 7e et du 9e art. En effet, la fabuleuse saga « Rome » comptait parmi ses instigateurs le réac viril John Millius. On se dit alors, que l’homme de « Conan le barbare » aurait été à sa place pour filmer le vengeur des bas fonds.

Donc, pour une fois, le « Punisher » se voit honoré d’une merveille de série B, souvent teigneuse, parfois glauque, toujours jouissive.

Espérons qu’il garde la haine pour de nouvelles descentes en enfer !

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 3 août 2011.

Une Réponse to “The punisher : zone de guerre, 2008”

  1. Ehhhh, c’ est encore moi, je vais devenir bon client de ce site qui poursuit l’ extase au travers de quelques rémimiscences (ça s’ écrit comme ça ?!) ouatées (ça aussi j’ espère…) bon vais pas m’ empêtrer dans la prose futile, mais juste dire que ça fait plaisir d’ entendre du bien d’ un film que
    j’ avais presque honte d’ aimer, je sais pas, c’est comme ces malencontreuses fautes de goûts, un soudain « appel d’ air » régressif… des fois t’ oses même pas en parler …Comme la fois où t ‘as siffloter un air de Cindy Lauper dans la file d’ attente d’ un concert de « post-rock », où que
    t’ as pas pu t’ empécher de regarder jusqu’ au bout une relique d’ interville (Guy lux, zitrone & Simone & tout le tintouin) à la fin d’ une vieille K7 enregistrée… enfin y a d’ autres exemples, mais tes prétentions d’ esthète s’ en trouvent toutes chamboulées, ça touche à une certaine beauferie pas tout à fait assumée, au plaisirs simples de de la phase pré-ado et le grand défouloir des budd spencer et autre Benny Hill (voir ton article sur Stepbros). Même si on est pas dans la comédie grassouillette, ça renvoie au même émotions un peu curatives, un peu obscènes, (cette fameuse période où Steven Seagal et Christina Applegate ont guéri mon obésité !) enfin pour moi, qui ne suis pas psychanaliste pour autant, le plaisir est le même !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s