Hellraiser : Le pacte, 1988

Hellraiser

Clive Barker

Clive Barker commence à faire sérieusement concurrence à Stephen King dans les librairies. Dans un accès de modestie typique des auteurs à succès, il se dit qu’il se doit de visualiser ses visions horrifiques sur pellicule.

Elles sont ignobles ! D’autant plus ignobles qu’elles sont aussi d’une grande beauté. Peu importe le scénario prétexte (dans lequel le célèbre Pinhead et ses cénobites apparaissent assez peu d’ailleurs), toute la valeur de « Hellraiser » se mesure au raffinement avec lequel le cinéaste novice représente la souffrance.

Barker se fait autant sculpteur que metteur en scène. Les effets spéciaux n’ont pas encore subi la vague numérique, les chairs torturés et les liquides corporels prennent directement vie devant la caméra.

Ce n’est pas du sang, c’est du rouge !

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 27 juillet 2011.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s