Fully flared, 2007

Spike Jonze & Ty Evans

En 2007, il était facile de reprocher à Spike Jonze son passage au long métrage, un peu comme l’on fait payer à un surdoué son premier faux pas. Le premier essai était super, le second moins et cela ne paraissait pas être vraiment de sa faute, comme s’il avait été entraîné malgré lui par l’intello dépressif Charlie Kaufman.

« Being John Malkovitch » contenait encore suffisamment d’étrangeté pour que le cinéaste se l’approprie mais « Adaptation » constituait une autofiction complaisante de son scénariste, ledit Kaufman, shooté en dilettante par l’ami Jonze.

Roi du clip il resterait!

Parallèlement, ce jeune homme cool et classe amassait beaucoup de dollars grâce à sa série « Jackass ». Ces vidéos, où des slackers embrumés de mauvaise beuh se lançaient dans des performances délirantes dont le point commun est la douleur infligée à l’artiste, ont probablement capté l’inconscient morbide de l’occidental moyen. Les sociologues et les branchés adoraient, s’extasiant sur ce symptôme de la chute de l’empire blanc et sur la créativité trash qui créait une passerelle inattendue entre Interville et Hermann Nitsch.

Personnellement, j’ai toujours trouvé cette bouillie de cris, de testostérone, de connerie et de sang un peu nulle. Comme la machine à merde de Wim Delvoye, les oeuvres à prix d’or de Damien Hirst ou les détournements de Duchamp, le concept me semble supérieur au résultat.

Cela m’amuse que Spike Jonze ait produit un show à partir d’un branleur qui essayait sur lui-même des armes d’auto défense, mais je ne me sens pas obligé de regarder.

Le cynisme que l’on pouvait soupçonner derrière cette entreprise m’a quelque peu éloigné de Jonze, enfant gâté de la pop culture américaine, je préfère les artistes maudits.

Mais la vision d’un objet étrange sur internet a modifié les lignes : au ralenti, un jeune homme (de ceux qui doivent s’éclater devant « Jackass ») se lance dans une figure spectaculaire sur son skateboard, touchant le sol, il continue sa course pour traverser un mur de béton comme un héros de comic book.

« Fully flared » est une vidéo de skateboard produite par la marque Lakai. Avec un pote clipeur, Ty Evans, Jonze y filme des adolescents sur un terrain bourré d’explosifs. Ils volent comme des dieux et souffrent comme des hommes lorsque les flammes ou les gravas les atteignent (effets spéciaux?).

Le réalisateur reprend les performances malades pour les transformer en ballets arty.

Les pieds sur le bitume, le doigt sur le poul de la pop culture et les yeux dans les étoiles, roi du clip il restera!

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 14 juillet 2011.

Une Réponse to “Fully flared, 2007”

  1. Ce n’est pas une pub pour des chaussures. C’est l’introduction d’une des vidéos de skate les plus recherchées esthétiquement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s