Maniac cop, 1987

William Lustig

Les années 80 furent réac! On le sait bien. Un état d’esprit (vraiment passé ?) qui a engendré pléthore de films nuls. Il a, toutefois, également nourri nombre de films passionnants et a permis au cinéma de genre, à priori à contre courant, de s’interroger sur ses pulsions profondes. Après les succès des vigilante movies, William Lustig, noble artisan de série B, propose son antithèse en la personne d’un superflic superméchant.

Terminator du pauvre, ce shérif de rue incarne le repoussoir idéal de nos vertueuses pensées. Mais, le métrage est emprunt de mélancolie poisseuse. Lustig est né dans le Bronx, il sait filmer un cadre urbain.  » Maniac cop  » dépasse alors la gentille dénonciation du flic facho pour offrire un miroir déformé au spectateur qui ne pourra ignorer longtemps que les mauvaises pulsions viennent de lui.

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 9 juillet 2011.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s