Ce lieu sans limite, 1977

El lugar sin limites

Arturo Ripstein

Les machos latins n’auront jamais plus la même assurance ! Préparant le terrain à Almodovar, Ripstein filme des jeunes filles cachées dans des corps de camionneurs. Sans pudibonderies gay chic et sans le poids des années sida, il propose un déni utopiste à Fassbinder sur l’inéluctable domination/manipulation amoureuse et sexuelle. Comme il le fait avec délicatesse et qu’il sait donner vie à ses personnages, pour une fois, je me laisse séduire par l’utopie.

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 7 juillet 2011.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s