I love you, 1986

Marco Ferreri

Ferreri arpente les mêmes terrains vagues que Beineix, filme les mêmes parkings déserts que Besson. Mais l’ogre latin n’a pas l’égo d’un clipeur et se préoccupe peu des images publicitaires que ces néons bleus pourraient lui inspirer.

Comme d’habitude, son projet consiste à faire prendre corps à une obsession. Une dernière avant la mort, une idée fixe pour la posthumanité.

Ferreri crée l’après cinéma en filmant une bouleversante romance entre Christophe Lambert, jet-lagé de « Highlander », et un petit gadget en plastique qui se borne à lui susurrer I love you.

Ghost in the shell, déjà…

voir aussi

La grande bouffe

Dillinger est mort

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 20 juin 2011.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s