Baxter, 1989

Baxter
Jérôme Boivin

18958219.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Tout là-haut, au panthéon des films de trouille, trône un chien laid et cruel dont le passe-temps favori consiste à étudier les étranges animaux qui le dominent.
C’est le paradoxe de « Baxter », le monstre n’y est ni fort ni intelligent, il n’en est pas moins terrifiant.

Jérôme Boivin, cinéaste météore dont on aimerait avoir des nouvelles, filme du point de vue du clébard et déforme sensiblement la perspective en plaçant le spectateur dans une position inférieure. Malaise.
Un malaise qui ne fera que s’opacifier au fur et à mesure que le bull terrier changera de maître, finissant chez plus pervers que lui. Pourtant, le réalisateur se refuse à tout effet horrifique. Au contraire, il capte calmement d’anodines scènes de vie, parfois déchirées de drames et d’angoisses toutes humaines.

Sans forcer sur le glauque, mais en se tenant à son principe de mise en scène et en s’appuyant sur une bande son très travaillée (et la puissante musique atonale de Patrick Roffe et Mark Hillman) il parvient à franchir les barrières de l’angoisse, si redoutables au cinéma français.

Un indice, « Baxter » est l’un des films favoris de l’expert es mauvais goût, John Waters.

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 22 février 2011.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s