Mosquito coast, 1986

Mosquito coast
Peter Weir

Comme si les sacrifices de « Witness » n’avaient pas suffit, Peter Weir emmène la star Harrison Ford dans un authentique parcours christique.

C’est une histoire à la Herzog, celle d’un homme qui se rendra dans la jungle amazonienne pour apprendre aux indiens comment fabriquer de la glace. Quête délirante dans laquelle il perdra tout.

Le cinéma de Weir se fait plus lucide et cruel sur la soif d’absolu de l’homme. Le héros mystique entraîne sa famille avec lui et sera sévèrement jugé par son fils adolescent. Le plus beau dans « Mosquito coast » c’est ce jeu de regards entre Harrison Ford, l’adulte illuminé, et River Phoenix, l’enfant lucide.

Quelques années plus tard, celui-ci incarnera la jeunesse de celui-là dans « Indiana Jones et le dernière croisade », la passation sera bouclée, malheureusement pour le dernier rôle de River Phoenix.

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 11 janvier 2011.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s