4 mois, 3 semaines, 2 jours, 2007

4 luni, 3 săptămâni şi 2 zile
Cristian Mungiu

On s’étonne encore du débat autour la présentation du film de Mungiu dans les écoles. Qu’avait-il seulement à y faire ?

« 4 mois, 3 semaines, 2 jours… » tourne autour d’un avortement clandestin. Il s’agit d’un pur macguffin qui permettra au cinéaste de se livrer à un conte kafkaïen. L’avortement, ne sera jamais sujet ici.

A l’instar des frères Dardenne, Cristian Mungiu immerge ses personnages dans le réalisme pour leur faire affronter des épreuves mythologiques.

L’héroïne (qui accompagne son amie subissant ledit avortement) devient une guerrière donc chaque geste devient lourd de conséquence. Le cinéaste suit ce corps de cinéma et ne l’épargnera jamais, faisant de son titre un compte à rebours horrifique particulièrement efficace.

La première partie nous immerge dans un drame intime (l’impossibilité de garder l’enfant et les risques encourus) et global (la Roumanie des dernières années Ceausescu), mais elle ne sera que le tremplin d’un film d’horreur métaphysique.

« 4 mois… » fait parfois penser aux nouvelles sadomasochistes de Clive Barker et lorsque l’écran s’éteint, on est tenté de se demander si le foetus autour duquel tourne la dramaturgie n’est pas un visiteur d’un autre monde, petit extraterrestre ayant finalement décidé de quitter cette humanité si monstrueuse.

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 20 octobre 2010.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s