Persona, 1966

Persona
Ingmar Bergman

2 femmes s’observent et discutent. Le soleil est blanc, leurs émotions sont noires, les Parques ne sont plus que 2.

Lorsqu’elles se piègent l’une et l’autre, elles me terrifient. Lorsqu’elles se laissent aller à la sensualité, elles m’emportent.

Petit homme …

(voir aussi Le silence, 1963)

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 17 septembre 2010.

Une Réponse to “Persona, 1966”

  1. […] aussi Persona, […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s