Tout sur ma mère, 1999

Todo sobre mi madre
Pedro Almodovar

Son amour immodéré pour les mélos en technicolor a fait son office.
Almodovar peut laisser libre cours à son hystérie dramatique, il conserve un équilibre bouleversant, au milieu des parades les plus grotesques.

Ses catins, ses saintes et ses travelos baisent un peu, se droguent beaucoup et versent des torrents de larmes. Monsieur Loyal les encourage.

En bon catholique caché, il tente l’exorcisme expiatoire :
le coeur crevé d’une mère peut-il absorber les peines de toutes les orphelines de putes ?

Il nous le fait parfois croire.

Publicités

~ par 50 ans de cinéma sur 25 juin 2010.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s